Par Alexis Fréchette, prof en liberté

Alexis est un jeune enseignant qui a fait le grand saut en déménageant à la Baie-James, charmé par la région pendant sa participation à la websérie «Cap vers la Baie-James». Avec son journal de bord, on l’accompagne dans cette aventure qu’est la découverte de son nouveau milieu de vie.

Migrer seul permet pourtant de nombreux échanges et des rencontres formidables, mais parfois il faut que tu pousses un peu le destin pour mettre les chances de ton bord pour bien t’intégrer à la communauté. J’ai eu la chance d’avoir de super collègues à l’écoute de mes intérêts et de mes passions. Je me suis donc rapidement fait conseiller plusieurs activités communautaires à Chibougamau. 

Comme je suis un trippeux de plein air et de sport en général, ça a été plutôt facile de me trouver quelque chose à faire, parce que des clubs de trippeux, il y en a en masse. Que ce soit du hockey, du golf, de la course, de la raquette, de la natation, de l’astronomie, du vélo, des sports nautiques ou motorisés, tu es capable de trouver quelque chose qui va répondre à tes besoins, et en plus tu vas rencontrer de nouvelles personnes avec les mêmes passions que toi!

Moi, ce qui a fait agrandir mon cercle social à Chibougamau, c’est la communauté d’escalade qui s’y trouve. Un groupe de passionnés d’escalade qui grimpent sur la paroi du mont Bédard développée par Plein air Ungava et la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade. C’est une paroi avec six relais et plus d’une trentaine de voies praticables ainsi qu’un segment de via ferrata pour faciliter le déplacement entre les relais. J’étais vraiment impressionné.

En plus de cette superbe paroi, il y a un petit mur intérieur bien intéressant. Mais la cerise sur le gâteau a été pour moi le site d’escalade de Bourbeau qui est un beau site pour pratiquer l’escalade de glace. Je n’en avais jamais fait, j’avais toujours voulu essayer et finalement c’est ici que j’ai enfin eu l’opportunité d’en faire.

Peu importe quelle est ta passion, je te garantis que tu vas trouver d’autres gens comme toi pour la développer, et ce, même dans une petite communauté.

C’est à partir de là que tout a déboulé. Tu rencontres quelques personnes et puis tu en rencontres encore plus grâce à tes premières rencontres. Puis, lors d’une soirée d’escalade, j’ai entendu quelque chose qui m’a semblé vraiment étrange au début : « Hé! me semble que je te verrais rejoindre notre équipe de pompiers volontaires. » « Hein, quoi? Moi, pompier volontaire?» Pourquoi pas, j’embarque! 

L’enseignement, c’est une profession qui n’est pas très dure physiquement, mais j’ai toujours eu le besoin de me dépasser, peu importe la manière. Alors, j’ai passé le test physique pour devenir pompier volontaire et je fais maintenant partie du Service de sécurité incendie de la Ville de Chibougamau avec une belle équipe de pompiers et de pompières qui ont pour mission d’assurer la protection et la sécurité des Chibougamois. La grande classe! À la même date l’an passé, je n’aurais jamais pensé devenir pompier, alors toi aussi, laisse-toi surprendre par ce que le Nord peut t’apporter!

C’est comme ça que je suis retourné sur les bancs d’école pour une formation de 300 heures de Pompier du cycle I de l’École nationale des pompiers du Québec. À la fin de mon parcours universitaire, je m’étais dit que je voulais toujours rester en situation d’apprentissage hors de ma zone de confort; j’étais tombé exactement sur ce que je cherchais. Ça m’a permis de me dépasser et de relever de nouveaux défis en faisant ma place au sein de la communauté. 

Ensuite, dans le même genre de situation que celle dans laquelle j’ai été recruté pour les pompiers, on m’a dit : « Hé! me semble que je te verrais dans notre équipe de patrouilleurs de ski au mont Chalco. » Et j’ai eu la même réaction que lors de mon recrutement pour les pompiers… : « Hein, quoi? Moi, patrouilleur dans une station de ski? » Pourquoi pas, j’embarque! 

Pour moi, la patrouille de ski du mont Chalco, c’était un peu joindre l’utile à l’agréable. Je savais que j’allais skier cet hiver, et être premier répondant me semblait être intéressant pour me placer dans des situations de croissance personnelle. J’ai donc suivi le programme de la Patrouille canadienne de ski, qui est une formation rigoureuse qui permet d’intervenir dans presque toutes les situations qui peuvent arriver sur les pistes de ski grâce à une vaste gamme de compétences en secourisme.

Avant la saison de ski, les personnes qui me parlaient de la montagne commençaient leurs explications en me disant : « Fais-toi pas trop d’attentes et ne sois pas trop déçu; c’est vraiment pas une grosse montagne. » Effectivement, ce n’est pas la plus grosse montagne, mais les gens qui sont là sont impliqués et rendent l’expérience conviviale. C’est un autre beau groupe de trippeux et de passionnés.

De plus, je crois aussi que le mont Chalco se démarque dans la simplicité et la proximité entre les gens. Les activités qui y sont organisées l’hiver donnent un sentiment très familial et l’inclusion se fait facilement dans ce groupe. Les après-ski barbecue, le bar à poutine et plein d’autres événements organisés rendent l’expérience tellement plus vivante et humaine.

Avec tous ces drôles de revirements dans mon petit quotidien et les nouveaux postes que j’occupe dans la communauté de Chibougamau, j’ai compris qu’ici, ta limite, c’est à quel point tu es prêt à t’impliquer.

En tant que nouvel arrivant, tu devrais essayer de t’impliquer dans un maximum de nouvelles expériences. Tu vas rencontrer de nouvelles personnes et peut-être te créer de nouvelles passions. Je pense aussi que ce qui est important à retenir de tout ça, c’est la confiance que les gens d’ici sont capables de placer en toi. Alors sers-t’en, et toi aussi tu vas voir lorsque tu vas venir t’installer ici à quel point il y a des possibilités incroyables de développement professionnel et personnel.


Pour lire les autres articles d’Alexis:

#1 Comment Frodon m’a convaincu de m’installer à la Baie-James.
#2 Sortir de sa zone de confort, direction Nord

Visionner la websérie «Cap vers la Baie-James»

Leave a Reply

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *